La musique, une école buissonnière Résonance

La musique, une école buissonnière


 

« La vie sans musique est tout simplement une erreur, une fatigue, un exil. »

Friedrich Nietzsche

Nietzsche n’est pas le seul à penser ça. En effet, tout étudiant ou élève ne pourrait vivre sans musique. C’est la musique qui permet à tous ceux qui galèrent dans leurs révisions, peut-être la révision la plus importante de leur vie, de tenir le coup et de travailler encore et encore jusqu’à ne plus avoir de neurones actives. C’est là que la magie opère. Je vous mets en situation. Il est une heure du matin et le devoir c’est le lendemain, autant dire dans sept heures, et c’est là que les mélodies qui sortent du bout d’aimant branché à un lecteur, calment le malheureux, déstressent, font comme une sorte de chuchotement discret qui réconforte et réchauffe le cœur. Imaginez juste une seconde la vie sans musique ,sans chanson, sans rythme pour une jeunesse qui a une vie de plus en plus compliquée, morne, stressante et fastidieuse. Je pense pour ma part que dans ces conditions, le pourcentage de suicidaires pour les 15-30 ans atteindrait des sommets. Pour faire simple, la musique va de pair avec la vie et spécialement pour un étudiant au bord de la dépression.
Il existe un rituel dans des tribus africaines qui consiste à s’injecter du venin de scorpion dans les veines, ce qui les met dans un état euphorique. Puis ils se mettent à danser sur un rythme de tamtam, peut-être le plus primaire qui existe, et ils bougent encore et encore jusqu’à ce que leurs pieds ne soient ensanglantés. Malgré le sang qui coule, personne n’arrête de danser jusqu’au lever du soleil. Cette danse est une sorte de passerelle entre la vie d’enfant et celle d’un homme.
En réalité, ce rituel existe partout, certes sans le sang ni les scorpions. Mais le rythme, la musique, la danse, bouger dans un état euphorique comme si plus rien n’existait, on voit ça tous les jours, ou plutôt tous les soirs dans les clubs, les pubs, les concerts. Pour résumer, là où il y a du son, il y a des étudiants. C’est un peu leur rituel à eux pour se défaire des contrariétés de la semaine passée pour mieux affronter celle qui vient.
On arrive facilement à remarquer l’intérêt des étudiants pour la musique, déjà à la façon qu’ils ont d’en demander partout où ils vont, dans une cafétéria comme bruit de fond, dans les soirées pour se défouler, dans la rue à travers leurs baladeurs. En réalité, s’il n’y a pas de musique, un étudiant s’ennuie, rien n’a d’intérêt s’il n’y a pas de musique dedans. D’ailleurs, et c’est un fait avéré, s’il y avait de la musique dans les cours gavants et incompréhensibles qu’on donne dans les facultés, les résultats s’amélioreraient considérablement.
Il est facile de remarquer l’intérêt d’un jeune demandeur de savoir, et l’astuce se résume en deux mots : style vestimentaire. C’est très simple, quand on voit un jeune homme avec un baggy ; un gilet un peu trop grand, des pures shoes de basket, une casquette énorme et LE détail qui tue, l’étiquète qu’il ne faut surtout pas retirer. Tout le monde sera d’accord qu’il s’agit bien d’un fan de rap ou de R&B. Maintenant, essayons de prendre le même style vestimentaire du rappeur, on rétrécie bien le tout, ça donne des jeans slim, un gilet serré et une casquette serrée. On retire l’étiquette et on tint tout en noir, là on aura affaire à un « EMO » si de plus il a les cheveux longs ça pourrait même être un « métalleux ». Bien que tout cela ne soit que stéréotype, il est impossible de le rater, la faute aux passionnés. Ils ne peuvent pas s’empêcher de se faire catégoriser. Ils affirment qu’ils s’habillent ainsi et qu’ils se comportent ainsi afin d’être uniques et ne pas ressembler aux autres. Ce qui est idiot dans ce raisonnement c’est qu’ils s’habillent tous pareil. Ils ont tous la même dégaine et il y a même ceux qui n’écoutent pas la musique dont ils portent le style … Pourquoi !!! Même si ce profil-là représente une majorité, il ne faut pas perdre confiance en la musique, il ne faut pas perdre confiance en ce qu’on écoute, car la musique est belle quel que soit son genre.

« La musique met l’âme en harmonie avec tout ce qui existe. »
Oscar Wilde

Et oui la musique touche l’âme de chacun d’entre nous en particulier les étudiants. En effet, la vie d’un étudiant est plus stressante que celle de n’importe quelle autre personne. On lui en demande trop. Il est presque asservi par ses études, presque autant qu’un salarier normal mais quand celui-ci se réconforte à l’idée du salaire qu’il va bientôt pouvoir débourser, l’étudiant, lui, n’arrive à résister qu’avec la musique. Elle est sûrement moins palpable que l’argent mais tellement plus réconfortante au fond.
Musique et étudiants vont de pair. La plupart des chansons ou expériences musicales leur sont destinées et aucun futur travailleur ne pourrait s’empêcher d’écouter sa musique. On l’écoute, on la joue et on ne peut vivre sans …

Par: Zied Belaïfa

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

La musique, une école buissonnière